lundi 1 février 2016

Chronique #47 : la maladroite, Alexandre Seurat


 LA MALADROITE
Note : 3/5

Auteur : Alexandre Seurat.
Porte vers l’auteur : c'est par ici.

Editeur : la brune au rouergue.
Porte vers l’éditeur : par-là.

Graphiste: Olivier Douzou.
Porte vers le graphiste: ou encore, là.

Genre : témoignage.

Nombre de pages : 122.

Date de parution originale : 19 août 2015.

Date de parution en France : 19 août 2015.

D’autres tomes ?

Non, ce livre est un one-shot.

Couverture :

Je trouve que cette photographie est plutôt bien choisie car la solitude la fillette transparaît bien à travers l'image. De plus, elle ne nous regarde pas, ce qui fait que nous ne voyons pas son visage, nous ne savons pas à quoi elle ressemble, et on pourrait donc penser qu'elle ne veut pas se montrer ...

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Quatrième de couverture :

Cette quatrième de couverture annonce tout de suite la couleur puisqu'elle est constituée d'un extrait du livre (une partie du témoignage du frère de Diana) et d'un commentaire expliquant l'enjeu de ce roman. Nous savons donc que nous avons affaire à un livre retraçant, à travers différents témoignages, l'histoire d'une fillette maltraitée.

Mon avis sur l'histoire :

Impossible de faire une critique enjouée sur ce livre, car le thème ne s'y prête pas. En revanche, cela n’empêche pas d’en parler et de donner son avis dessus. Voici donc le mien.

Pour commencer, il faut savoir que ce roman est tiré de faits réels s’étant produits peu de temps avant la rédaction du livre. Cela est donc d’autant plus poignant que c’est presque réel. Cependant, l’auteur a choisi de faire intervenir un corpus de personnages ayant côtoyé la fillette, mais jamais les parents ni l’enfant elle-même ne s’expriment. Ainsi, même si le sujet abordé est difficile, vous n’aurez pas affaire à une lecture insoutenable. De plus, grâce à ce procédé, l’auteur s’abstient de donner son propre point de vue.

Par ailleurs, on peut dire que ce roman, qui se lit rapidement, est assez prenant puisque vous vous demandez à chaque page si les choses vont évoluer, si quelqu’un va enfin réussir à mettre un terme au calvaire de la fillette …

En ce qui concerne le texte lui-même, il est assez simple car ce sont les différents protagonistes ayant eu affaire à la petite fille qui s’expriment. L’auteur n’a pas cherché à écrire des propos profonds ou plein de poésie. Au contraire, il a rédigé leurs témoignages comme ils auraient pu les prononcer oralement. Cela donne une crédibilité certaine à l’ensemble du texte et nous projette sans difficulté dans cette sombre affaire.

Enfin, ce texte illustre parfaitement le problème posé par la lenteur de la mise en marche des procédures en France et ses conséquences. Ainsi, même si l’auteur ne se positionne pas au travers de son écriture, il semble quand même critiquer la lenteur du système français en ce qui concerne les maltraitances faites aux enfants …

En conclusion, c’est un avis assez bref que je partage avec vous cette fois, mais que dire de plus ? Le livre est prenant, et l’histoire, quant à elle, est touchante et désolante à la fois. Je ne sais pas trop si on peut conseiller ce genre de livre, donc je dirais simplement qu’il est bien tourné et qu’il fait réfléchir. Personnellement, ce n'est pas du tout le genre de livres que j'affectionne car c'est souvent trop horrible, mais celui-ci n'est pas si terrible donc ça passe.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire