lundi 13 avril 2015

Chronique #10 : La Symphonie des Abysses T.2, Carina Rozenfeld


 LA SYMPHONIE DES ABYSSES
Livre II
Note : 4/5


Auteure : Carina Rozenfeld.
Porte vers l’auteure : vous la trouverez par ici ! 

Editeur : Collection R.
Porte vers l’éditeur : empruntez ce chemin !

Illustrateur : Alejandro Colucci.
Porte vers l'illustrateur : atteignez son univers !

Genre : Dystopie. 

Nombre de pages : 415.

Date de parution originale : 20 novembre 2014.

Date de parution en France : 20 novembre 2014 (l'auteure est française !).


D’autres tomes ?

Ceci est le deuxième et dernier tome de la saga !

Couverture :

Cette couverture "répond" à celle du premier tome, dans le sens où l'on retrouve le même personnage  et qu'il est toujours en interaction avec le Mur. Cependant, sa posture est différente. Plutôt que de regarder vers le sol et de toucher le Mur à deux mains, le protagoniste y est adossé et lève la tête (vers l'avenir ?). Personnellement, je trouve que cette position illustre un certain soulagement, mais est-ce vraiment le cas ? Là est toute la question. D'autant plus que le Mur, qui était si présent, voire même oppressant, sur la première couverture, prend beaucoup moins de place sur celle-ci. Cela soulève donc des interrogations et nous invite à prendre part à la fin du voyage. En somme, c'est une jolie couverture qui concorde parfaitement avec la première !

Et vous, qu’en pensez-vous ?


Quatrième de couverture :

Je dirais qu'il était difficile de faire aussi bien que celle du premier tome puisqu'elle était extrêmement brève et en même temps très attirante. Pour ce second volet, on nous rappelle la situation des personnages et ce vers quoi ils se dirigent. Ce n'est pas aussi percutant que ça l'avait été pour le tome précédant, mais la recette fonctionne quand même.


Mon avis sur l'histoire :

Avant toutes choses, je tiens à vous mettre en garde. Si vous êtes ici, c'est que vous avez certainement lu le premier tome. Aussi, je me permettrais de parler plus librement de celui-ci, mais sans dévoiler ce qui se passe dans le second volet. Si vous n'avez lu ni l'un ni l'autre, je vous déconseille donc de poursuivre la lecture de cet article.

Maintenant que cet avertissement est fait, nous pouvons entrer dans le vif du sujet ! Et, je vais commencer en indiquant que je n'ai pas retrouvé les petits désagréments que j'avais signalés suite à la lecture du premier tome. Alors, soit l'écriture de l'auteure a évolué, soit j'en ai pris l'habitude. Dans tous les cas, cela a été plus agréable pour moi (même si ce n'était pas un problème majeur).


Ensuite, nous pouvons parler des personnages, et là il y a de quoi faire ! Pour commencer, je tiens à dire que j'ai beaucoup aimé l'idée de découper ces deux livres en plusieurs partitions.

D'une part, cela sert la construction de l'univers de l'auteure. En effet, comme nous l'avons découvert dans le premier tome, Abrielle entend et tente de reproduire La Symphonie des Abysses, cette mélodie qui semble émaner des entrailles de la Terre. De plus, elle promet à Sand et Cahill de leur apprendre à la chanter eux aussi. Et, elle leur attribue à chacun une partition à chanter afin de les mêler et de reproduire cette étrange symphonie. De ce fait, la poésie des personnages  semble être encore plus présente dans ce second volet. Néanmoins, ce n'est pas le seul élément qui permet de définir cette étrange mélodie car elle est, en réalité, porteuse d'un mystère qui en surprendra plus d'un !

D'autre part, ce procédé sert la construction des personnages. En effet, les différentes partitions nous permettent de découvrir la vie de chacun des protagonistes individuellement et de façon approfondie. On en apprend ainsi beaucoup sur eux, sur leurs peuples, sur leurs modes de vie, sur les raisons de leurs départs, ... Ainsi, nous avons pu découvrir le petit village d'Abrielle, village dans lequel chanter est totalement prohibé. Cette interdiction étant tellement importante que les habitants iront jusqu'à emprisonner notre héroïne alors qu'elle n'était qu'une naïve petite fille qui avait fredonné sans s'en rendre compte ! Des années plus tard, celle-ci s'enfuit de son village, laissant sa mère derrière elle. Puis, elle tombe sur deux étranges êtres humains. C'est alors que nous découvrons Sand et Cahill. Avec eux, nous sommes plongés dans un village où le sexe n'est pas défini à la naissance. Les jeunes sont donc qualifiés de "Neutres" et ils doivent faire le choix décisif lords d'une cérémonie particulière. Nos héros, qui sont donc encore des Neutres, s'aiment sans savoir s'ils sont "Il" ou "Elle". Mais,  il faut noter que la moindre marque d'amour est interdite dans leur petit village. Donc, lorsqu'ils sont surpris par le gardien chef, ils sont entravés sans ménagement et attachés sur la place publique, exposés aux railleries et aux insultes de la population. C'est ce qui déclenchera leur départ. Ainsi, c'est après avoir découvert tous ces évènements que nous assistons à la rencontre des personnages et que l'intrigue principale reprend son cours. Le procédé utilisé par l'auteure est donc très ingénieux selon moi.

Cependant, concernant les personnages en eux-mêmes (et non pas le procédé) j'ai trouvé que l'amitié liant les trois protagonistes s'était nouée beaucoup trop rapidement. Ils se rencontrent, se racontent leurs histoires et décident aussitôt de vivre ensemble. J'admets qu'ils aient ressentis le besoin de se réunir, mais un soupçon de méfiance aurait tout de même dû persister un certain moment, surtout au vu de la situation dans laquelle ils se trouvaient. Cela aurait paru plus vraisemblable. Mais, passons, cet écueil n'est pas reproduit dans le second tome, ce qui rend les choses plus vraisemblable. En effet, nos héros sont amenés à rencontrer d'autres personnages, mais ils ne leur accordent pas leur confiance automatiquement, ce qui est un bon point.

Autre point important, j'ai trouvé que malgré le nombre de personnages principaux (qui se réduit bien souvent à un dans d'autres récits) l'auteure a su trouver un juste équilibre. Il n'y a pas de personnage à qui l'on tire la couverture plutôt qu'à un autre. Ils ont tous leurs moments de gloire et ils sont tous présents dans les mêmes proportions. 

Par ailleurs, les caractéristiques des différents villages revêtent une certaine importance qui est totalement mise en lumière durant ce second tome ! Pour ma part, je pensais que l'auteure voulait nous montrer qu'un même texte (en l’occurrence le Règlement) pouvait être interprété de façons radicalement différentes selon les individus. Ce n'est pas totalement faux, mais ce n'est pas ce qui a sculpté les villages tels qu'ils le sont. Et, la clé de ce mystère nous est livrée dans la dernière partie du roman. A cette occasion, nous ne pouvons que constater que l'idée de base de l'auteure est bien plus complexe que ce qu'elle nous laissait croire dans le premier tome. Son histoire est vraiment recherchée et elle la rend totalement crédible. De plus, j'ai énormément apprécié la fin qui, contrairement à d'autres ouvrages, n'est pas le symbole de désillusions. Au contraire, tout semble couler de source et nous en sommes d'autant plus émerveillés. Elle est surprenante et très bien trouvée. Nous connaissons enfin le "statut" de cette île qui nous intriguait tant et nous avons les réponses à toutes nos questions. Si la fin pourrait paraître trop ouverte pour certains d'entre vous, je trouve qu'elle est suffisante. Elle ne nous laisse pas dans un état de frustration et c'est bien le principal. Une suite serait appréciée, mais pas nécessaire.

En conclusion, ce second tome de "La Symphonie des Abysses" est une oeuvre riche en rebondissements qui promet de ne pas s'ennuyer. Si le premier tome était marqué par son action perpétuelle, ici ce sont les révélations qui semblent mener la danse. Néanmoins, l'action n'est pas mise de côté pour autant, et tout cela forme un mélange homogène. Je vous recommande chaudement ce dernier tome si vous vous êtes lancés dans l'aventure car vous ne serez pas déçus !



2 commentaires :

  1. J'aime beaucoup ta manière d'analyser l'illustration de ta couverture, c'est super original et intéressant. J'ai vraiment aimé ce dyptique, même si j'étais un peu dubitative sur la fin, e style d'écriture était vraiment merveilleux et m'a transporté loin de chez moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      C'est vrai que la fin peut laisser dubitatif, mais elle a l'avantage de ne pas tomber dans les "clichés" actuels. Je parle des villes laissées en autarcies qui sont en fait surveillées de loin car sujet d'expérimentation.
      J'ai aussi beaucoup aimé ce dyptique qui est assez rafraichissant !

      Supprimer