lundi 20 juillet 2015

Chronique #23 : Le Royaume de Tobin T.6, Lynn Flewelling

LE ROYAUME DE TOBIN
T6 La Reine de l'Oracle
(Titre original : The Oracle's Queen Tamir Triad)
Note : 5/5

Auteure : Lynn Flewelling.
Porte vers l’auteure : Descendez dans le puits ...

Editeur : France Loisirs.
Porte vers l’éditeur : Engouffrez-vous dans le couloir ...

Illustratrice : Sandrine Gestin.
Porte vers l'illustratrice : Et suivez la lumière ...

Genre : Fantasy.

Nombre de pages : 439.

Date de parution originale : 27 juin 2006.

Date de parution en France : 17 mars 2008.


D’autres tomes ?

C'est terminé ! Ce sixième livre était le dernier de la saga ! Pour les plus nostalgiques, sachez que le bruit court selon lequel Lynn Flewelling aurait inventé cette saga à partir d'une autre, à savoir : "Nightrunner". Pour en avoir le cœur net, il suffit de se laisser tenter ...

Couverture :

Cette dernière couverture est vraiment symbolique, et je la trouve géniale pour ça ! Forcément, sans avoir lu le livre ça peut vous paraître étrange, mais c'est encore un moment marquant pour Tamir qui es illustré ici ! Peut-être même LE moment décisif ? Ce sera à vous de voir le moment venu.  Dans tous les cas, je trouve que toutes les couvertures étaient appropriées à l'histoire, et les moments représentés extrêmement bien choisis. L'illustratrice a fait un super boulot !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Quatrième de couverture :

Ce livre étant le dernier de la saga, il était impossible d'empiéter sur quoi que ce soit, ce qui fait que la quatrième de couverture et correcte. Ceci dit, je ne pense pas que cela soit d'une grande importance puisque si vous avez lu les cinq tomes précédents, je vous imagine mal ne pas lire celui-ci ...
Mon avis sur l'histoire :

Pour cette dernière chronique concernant "Le Royaume de Tobin", je vais procéder en deux temps. En premier lieu, je vous présenterai ma chronique sur le livre. Puis, en second lieu, je ferai une sorte de conclusion générale sur l'ensemble de la série.

-----------------------------------------

 Alors, c'est parti pour la chronique !

Dans cette ultime partie de l’histoire, tout s’accélère. Plus le temps de tergiverser, il faut agir ! Nous sommes donc les témoins de l’effervescence qui règne dans les campements et de la mise en marche des armées. L’affrontement est désormais inévitable, mais quelle en sera l’issue ?

Pour commencer, une fois sa place bien établie et la réalité de sa « transformation » admise par le plus grand nombre, Tamir se rend à Afra pour recevoir la parole de l’Oracle (je ne vous spolie pas, la quatrième de couverture l’indique). Là encore, ce petit voyage évite de tomber dans une certaine monotonie et nous permet de ne pas nous ennuyer. De plus, je trouve que ce parallélisme avec le début du récit est intéressant. Tout a commencé avec la visite d’Iya et Arkoniel à Afra, et il semble que le dénouement dépende du voyage de Tamir auprès de l’Oracle ! Les questions se bousculent, et l’adolescente espère en trouver les réponses. Sa destinée de reine lui sera-t-elle confirmée ? Pourra-t-elle raisonner Korin ? Tout cela, ce sera à elle de le découvrir …

D’ailleurs, entre Korin et Tamir, plus aucune entente ne semble possible. Chacun campe ferme sur ses positions car ils estiment tous les deux être les héritiers légitimes du trône. Alors, il faudra nécessairement les départager car un seul souverain peut régner ! A cette occasion, vous aurez la chance d’assister à un certain nombre de combats et à un duel final haut en couleurs ! Dans la continuité de cette histoire passionnante, le dénouement est donc tout sauf décevant. Certes, il était prévisible (et cela depuis la première page), mais cela n’entache en rien sa qualité ! Entre la haine et la folie, le courage et la détermination, nos héros ne manqueront pas de cran et auront le désir d’aller jusqu’au bout !

Un autre aspect à aborder (et qui revient à chaque fois) est celui qui concerne les personnages. J’aime beaucoup la façon dont l’auteure les traite car elle les fait évoluer avec l’histoire, mais ce ne sont pas pour autant des « girouettes ». Ils conservent tout de même ces caractères spécifiques qui sont les leurs. Par exemple, Tamir a toujours été assez réticente à laisser quelqu’un réaliser des opérations magiques sur elle, et ce n’est pas parce que toute sa vie est chamboulée que cela va changer pour elle ! Elle acceptera quelques fois que le magicien Arkoniel lui fasse voir des choses grâce à la magie, mais ça n’ira pas plus loin. Un autre exemple : Ki est toujours aussi protecteur envers son amie malgré les doutes qui l’assaillent, le tenaillent, et ne le quittent plus, … Tobin est devenu Tamir, mais Ki n’en reste pas moins son ami et son écuyer.

Et maintenant que l’on en parle, vous l’avez remarqué, Ki et Tamir n’ont plus cette relation privilégiée qui était la leur lorsque l’adolescente était encore Tobin. Bien que Ki ait toujours su ce que Tobin/Tamir éprouvait pour lui, il n’arrive plus à faire comme si de rien n’était. Aussi, leurs rapports sont de plus en plus perturbants et embarrassants. Ils ne savent pas où ils en sont, et le nouveau statut de Tamir ne leur permet pas vraiment de tirer les choses au clair. Les moindres faits et gestes de la souveraine sont « épiés », ce qui leur permet difficilement de laisser les choses se faire naturellement.

Ce dernier tome sera donc celui qui permettra de tout tirer au clair et de mettre un point final à la lutte entre les cousins royaux ! Riches en péripéties, ce sixième opus conclut la saga en beauté, et ce, pour notre plus grand plaisir !

-----------------------------------------

Et maintenant, place à la conclusion générale !

Eh bien voici un dernier tome à la hauteur de la saga ! J’ai adoré « Le Royaume de Tobin » du début à la fin ! Alors, c’est sans aucune hésitation que je vous recommande cette lecture !

Tout au long des six (ou trois) tomes, l’auteure a su trouver ce petit quelque chose qui fait que l’on ne s’ennuie pas et que l’histoire ne tourne pas en rond. Or, c’était une crainte que l’on pouvait avoir en découvrant le nombre élevé de livres (français) composant cette saga. L’auteure allait-elle trouver la parade ? Eh bien oui ! Il faut dire que cela est dû en grande partie au fait que l’on suive les héros depuis la naissance de Tobin (voire même avant en ce qui concerne Arkoniel et Iya). Ainsi, nous les avons vu grandir, évoluer, mûrir, … et nous nous sommes d’autant plus attachés à eux ! Personnellement, j’ai adoré les personnages de Ki, Arkoniel et Lhel, sans parler de Tobin, bien évidemment.

Tous les personnages sont travaillés de façon approfondie par l'auteure, et ça fait la différence ! Ainsi, nous ne sommes pas face à de simples stéréotypes, mais face à des protagonistes complexes qui ne sont parfois ni bons, ni méchants, mais qui ont simplement un intérêt à agir de telle ou elle façon. De plus, l’auteure ne s’est pas bornée à nous décrire la vie de Tobin, mais elle nous a fait partager l’histoire de beaucoup d’autres personnages (tels que Nyrin, Tharin ou Cuistote). Et, cela permet de comprendre pourquoi est-ce qu’ils sont devenus aigris, méfiants, compatissants, bienveillants, ou que sais-je encore. Tout cela donne un sens à l’histoire et une certaine force au récit !

De plus, l’intrigue est construite de façon minutieuse. Elle repose sur des faits et une prophétie qui lui donnent une certaine réalité à nos yeux. D’autant plus que l’auteure a poussé le réalisme encore plus loin en créant un calendrier et en faisant faire une carte de son monde !

Par ailleurs, même si l’approche est (plus ou moins) discrète, l’auteure aborde un certain de nombre de thèmes importants tels que la quête et l’acceptation de soi, l’impact des comportements sexués, ou encore l’homosexualité. En écrivant ceci, je repense au tout début de l’histoire et au moment où Tobin éprouve le désir d’obtenir un « jouet de fille ». Son père lui avait proposé de choisir son cadeau d’anniversaire chez les commerçants, et c’est sur une poupée qu’il avait jeté son dévolu. Lorsqu’il s’en était emparé, toute l’attention s’était focalisée sur lui et les gens avaient eu l’air outré. Alors, son père avait eu une très vive réaction puisqu’il lui avait arraché des mains ladite poupée et lui avait flanqué un sac de billes à la place. Le pauvre garçon n’avait pas compris ce qui s’était passé autour de lui et ne voyait pas ce qu’il avait fait de mal ! Et je dois dire qu’à la lecture de ce passage je me suis demandée si la réaction du père de Tobin était due à la crainte que leur secret soit révélé, ou si elle relevait réellement de la stupéfaction de cet homme face au choix de son enfant. Ceci n’est qu’un exemple, mais le récit regorge de petits moments tels que celui-ci !
En conclusion, une très bonne saga qui vaut le coup d'œil ! Tout est appréciable, tant sur le fond que sur la forme (malgré quelques petites fautes d'orthographe dans un ou deux tomes). L'auteure saura si bien vous transporter dans son monde que vous n'aurez plus envie de le quitter !

2 commentaires :

  1. tes chroniques m'ont vraiment donné envie de les lires.
    Je trouve cela très bien d'aborder ces thèmes dont un récit dont ce n'est pas l'objet principal (c'est tellement rare).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est cool alors ^^
      Je suis bien d'accord avec toi. Même si elle ne met pas forcément le doigt dessus, c'est évoqué d'une façon ou d'une autre et ça donne à réfléchir (oh oui).

      Supprimer