vendredi 13 février 2015

Chronique #1 : Divergente T.1, Veronica Roth


 DIVERGENTE
(titre original : Divergent)
Note : 5/5


Auteure : Veronica Roth.
Porte vers l’auteure : par ici !

Editeur : Nathan.
Porte vers l’éditeur : par-là !

Photographe : François Caillon.
Porte vers le photographe: il suffit de toquer !

Genre : roman de science-fiction, dystopie.

Nombre de pages : 444.

Date de parution originale : 3 mai 2011.

Date de parution en France : 6 octobre 2011.


D’autres tomes ?

Oui, Divergente est une trilogie ! Et pour notre plus grand bonheur, elle est achevée !  Et, un petit supplément est récemment venu s’ajouter à ce trio. Veronica Roth avait décidé d’écrire un recueil de nouvelles racontées du point de vue de Quatre cette fois-ci. Mais, « Four »  n’a pas encore été traduit chez nous. Alors, il ne reste plus qu’à se lancer dans la VO si vous ne voulez pas patienter.

Mon résumé du tome 1 chez Summaries Books !


Couverture :

Pour commencer, je dois vous dire que la seule version que j’ai pu me procurer est celle de l’affiche du film. Je ne peux pas dire que l’affiche n’est pas réussie, elle est au contraire très bien. Mais, j’aurais préféré avoir la couverture précédente « d’origine » afin que ce soit harmonisé avec les autres tomes que je possède. Cependant, je n’apprécie pas vraiment ce qu’ils ont fait avec les couvertures françaises. Elles manquent d’originalité et de finition selon moi. En revanche, les couvertures de la version originale sont très jolies. Elles sont plus vivantes que celles de la version française et auraient plus tendance à accrocher l’œil. Mais bon, on fait avec ce que l’on a.
Récemment, un coffret avec de nouvelles couvertures « collector » a été créé. Personnellement, je ne les apprécie pas car elles sont trop vives et encore plus dépourvues de "décoration" si je puis dire.

Et vous, qu’en pensez-vous ?


Quatrième de couverture :

Je trouve que cette quatrième de couverture est assez efficace. Les phrases sont courtes, explicites et intrigantes. Le décor est planté, et on nous annonce d’entrée de jeu que le personnage principal démarrera son aventure avec un choix crucial à effectuer. Et, cerise sur le gâteau, on apprend qu’elle doit à tous prix garder un funeste secret. Tout cela est la promesse d’aventures palpitantes, ce qui incitera les plus curieux à se lancer dans la lecture de la trilogie. 


Mon avis sur l'histoire :

J'ai adoré ce livre ! Je l'ai dévoré en un rien de temps ! Vous vous demandez pourquoi ? Tout d'abord pour son histoire originale. Les personnages évoluent dans un monde post-apocalyptique, ce qui permet à l'auteure de donner libre cours à son imagination. Elle a ainsi pu créer une toute nouvelle société reposant sur des codes propres, une organisation en factions et obéissant à des règles strictes. De ce fait, on se retrouve tout de suite plongé dans cet univers original où les adolescents sont face à un choix déterminant lorsqu'ils atteignent leurs seize ans. En effet, ils doivent choisir l'une des cinq factions qui forment leur société afin d'y vivre jusqu'à la fin de leur vie, sans retour en arrière possible. Chaque faction est basée sur un trait de caractère prédominant tel que le don de soi ou le courage. Les lecteurs peuvent facilement s'identifier et voir s'ils feraient, ou non, le même choix que Béatrice. D'ailleurs, la faction pour laquelle notre héroïne va opter est très intrigante et on devine tout de suite qu'elle y vivra de nombreuses aventures. Et c'est ce qui arrive puisque l'on ne s'ennuie pas une seconde ! Ce roman est plein de rebondissements inattendus. Lorsque l'on pense que les choses vont se calmer, ce n'est que pour repartir de plus belle !

Ensuite, pour ses personnages. Il faut dire que l'héroïne sort de l'ordinaire, et ce n'est pas pour nous déplaire. En effet, loin des clichés de la fille un peu niaise ou, au contraire, de la super héroïne qui réussit tout du premier coup, Tris est un personnage plus nuancé. Elle est loin d'être parfaite car elle fait des erreurs, des choix discutables, a des doutes et se retrouve même désemparée. La qualification de "divergente" lui va comme un gant ! Mais tout cela ne nous empêche pas de l'apprécier, bien au contraire car les héros irréprochables ont cette formidable capacité de nous agacer en un rien du temps. Il faut noter que l'on peut faire le même type d'observation sur les autres protagonistes. Quatre, par exemple, est très fort et courageux, mais il est également distant dans ses relations avec les autres. Bref, des personnages réalistes, qui ne sont pas limités à un trait de caractère unique, et qui nous donnent donc envie de les connaitre.

Enfin, pour les émotions portées par l'histoire. L'auteure sait nous pousser à nous mettre dans la peau des personnages, et c'est la recette gagnante. On a tout de suite de l'affection pour Tris, cette jeune fille qui voit son destin basculer lorsqu'elle apprend qu'elle est divergente. Pourquoi elle ? Va-t-elle s'en sortir ? Parviendra-t-elle à devenir assez forte pour surmonter les épreuves qui l'attendent? Evidemment, toutes ces questions nous viennent à l'esprit car on se met à sa place et à partir de là, on ne veut plus rien d'autre que sa réussite et son bonheur. On s'identifie à ce personnage, on essaie de la comprendre, on éprouve de l'empathie, on aime avec elle, on souffre pour elle et on en vient à stresser lorsqu'elle se trouve dans une situation périlleuse. N'est-ce pas là le secret d'un bon roman ?

Tout cela pour dire que l'histoire est captivante, pleine de rebondissements et d'émotions ! L'auteure sait nous faire voyager, aussi bien dans son univers que sur les montagnes russes des émotions. Je vous conseille vraiment cette lecture qui a été une excellente découverte pour moi !

7 commentaires :

  1. N'ayant lu que la moitié de l'oeuvre, mon jugement n'est pas fixé.

    Je suis d"accord avec toi, les couvertures sont laides. J'ai bien regardé avant d'acheter le premier tome que je pouvais retirer l'enveloppe avec l'affiche du film, mais j'étais encore plus déçue par la tristesse de la couverture française. J'ai mis beaucoup de temps à distinguer la photo "non ambiguë"... mais il n'y a peut-être que moi qui l'ai vu...

    Tu as raison, l'auteure pousse vraiment à se mettre dans la peau des personnages. Elle touche un point sensible auquel chacun doit faire fasse: qui sommes nous et qui voulons nous devenir?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord, les couvertures françaises ne sont pas géniales.
      Hmm il faudrait faire un sondage pour voir ce que les gens en pensent x)

      Exactement ! Et puis, elle se pose le problème de la société : sommes-nous façonnés par elle, ou bien pouvons-nous choisir notre propre voie ?

      Supprimer
    2. Parfois je me dis, notamment quand je passe des heures à chercher quelle orientation choisir, qu'ils ont tout comprit. Un petit test et hop, tu sais pourquoi tu es faite. NON, je ne suis pas en crise existentielle du choix du master... bon peut-être un peu.

      Supprimer
    3. Ah le master ... quel galère x) Tu veux que j'essaie de créer un sérum ? :p

      Supprimer
  2. Oh je n'ai pas lu mais depuis que j'ai vu le film, l'envie me vient (quand j'aurais le temps, haha) as-tu vu le film ? Si oui, est-ce qu'il y a de grandes différences ? J'ai beaucoup aimé le film mais j'ai peur de trop le comparer avec le livre après, finalement.
    (j'ai cru comprendre que la bande annonce de Divergente II avait des passages qui ne figuraient pas dans les livres, est-ce de mauvaise augure ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu le film et je l'ai beaucoup aimé ! Il est vrai que quelques passages sont différents du livre, notamment ceux qui concernent Jeannine. Mais, je dirais que ce n'est pas vraiment gênant car ça n'affecte en rien le déroulement de l'histoire.
      Je pense que tu devrais donc apprécier le livre :)
      (je n'ai pas encore vu la bande-annoncer du deuxième film, mais le fait de modifier des passages dans le premier n'a pas été très gênant, donc ça devrait aller)

      Supprimer
  3. Forge, j'ai vu le film avant de lire le livre et c'est tout de même un plaisir. Il m'a quand même fallu quelques passages pour substituer mon imaginaire à celui du film.

    RépondreSupprimer